Eugène Ionesco – les débuts du théâtre absurde

La pièce de théâtre « La Cantatrice chauve » (Cantareata cheala) marque l’avènement d’un nouveau courant littéraire, celui du théâtre de l’absurde.

Né à Slatina en 1909, mort à Paris en 1994.

Professeur de français sur Bucarest, il obtient une bourse de l’Institut Français de Bucarest. C’est l’occasion pour lui d’échapper à l’atmosphère étouffante de Roumanie.

Son mérite est bien reconnu avec les œuvres « La Leçon » et « Jacques ou la soumission ».

Il s’impose ensuite avec « Les victimes du devoir », « Les Rhinocéros ».

En 1970 il est élu à l’Académie Française.

A lire aussi les présentations de livres faites par le critique littéraire Pascale Arguedas : La Cantatrice chauve Le Roi se meurt La tombe de l’écrivain roumain Eugène Ionesco, cimitière de Montparnasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s