revenir page index
A lire aussi :
 
La statue de Decebal : un monument à part !
 

 

 

Les Daces

 

Au I er siècle avant notre ère et au siècle suivant, la civilisation des Daces a connu son moment exceptionnel de développement - qui sera arrêté uniquement par la conquête romaine. En Dobroudja, en Banat, en Olténie et surtout dans les régions montagneuses du sud-ouest de la Transylvanie, là où les minerais si nécessaires pour les armes et les outils se trouvaient en abondance, où les conditions naturelles permettaient le retrait des chefs daces en cas de danger et le contrôle à distance des zones larges qui liaient l’Europe Centrale des bouches du Danube et de la mer Noire, s’est constitué pour deux siècles le centre militaire, politique et religieux de la plus grande partie du monde gèto-dace. Ce monde était dominé par des figures comme Burebista et Decebal, qui furent considérés comme de grandes personnalités du monde européen d’au-delà des frontières de la Rome monarchique et impériale. Ils furent aussi contemporains et adversaires de César et de Trajan. Leur autorité royale s’est étendue aussi sur les Celtes des régions de la Slovaquie et sur les citadelles grecques du Pont Gauche. A l’intérieur de ces citadelles grecques pénètrent quelques formes et techniques d’architecture hellénique. Par ailleurs les maîtres grecs et romains arrivent jusqu’aux montagnes de Orastie, comme dans d’autres localités de la chaîne carpatique. En Transylvanie du sud sera élevée la citadelle de Tilisca, à côté de Sibiu. Plus loin, même, en Moldavie occidentale a été découverte la citadelle dace de Batca Doamnei, à côté de Piatra Neamt. Tous ces travaux d’architecture ont contribué à la construction d’imposants sanctuaires et citadelles qui allaient constituer l’apogée de l’architecture de l’Europe à la fin de l’époque du fer. Une telle architecture "royale" exprimait par la force et la sévérité un peu archaïques de ses volumes, la force d’un Etat jeune et riche en ressources. Cette architecture était, en même temps, héritière des traditions protohistoriques et des expériences helléniques, arrivées déjà à une très fine utilisation des grands blocs de pierre réguliers. Sur les terrasses des hautes collines boisées de la Transylvanie du sud-ouest, à Gradistea Muncelului et à Blidaru, à Piatra Rosie et à Costesti, sera mis en place un système de citadelles et de bastions, de tours et de sanctuaires conçus d’une manière grandiose dans un style qui rappelle la vision mégalithique de certaines zones de l’ancienne Europe, dans un décor naturel d’une grande et grave beauté.

 
Complément d'infos :

La Dacie (du latin Dacia) tire son nom du nom romain de ses occupants principaux, les Daces, qui sont très proches des Thraces. Les autres minorités sont les Sarmates, les Scythes, et les Bastarnes. On relève quelques peuplements celtes, et probablement un certain nombre de colons grecs et commerçants romains.

Leur religion était à base de divinations et d'initiations, leur médecine de type holistique, et ils avaient développé une organisation sociale particulière divisée entre une aristocratie et le peuple ordinaire. Leur calendrier était très précis.


Les Daces eux se donnaient le nom de « loup » ou « ceux qui sont semblables aux loups ». Le loup est l'animal le plus souvent représenté. Des nombreuses mythes et rituels du loup et d'autres créatures similaires sont présentes de nos jours dans les légendes populaires en Roumanie.

Les daces avait deux types de symboles de guerre: le drapeau et le dragon avec tête de loup et queue de serpent, qui vole en se gonflant. L'air entrait par la bouche du loup, symbole du guerrier et de la mort, et sortait par la queue du serpent. Le loup est accompagné d'une membrane qui, au passage de l'air faisait un bruit terrible qui avait le rôle d'effrayer l'ennemi.
 
     
Espace publicité  

insérez votre publicité, votre logo, votre texte ici .

Contactez-moi pour des détails

insérez votre publicité, votre logo, votre texte ici

Contactez-moi pour des détails

 

Copyright EnRoumanie - 2006